Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Silburn & Padoux : la grâce

Silburn & Padoux : la grâce

mercredi 18 avril 2018

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Si ces cinq fonctions de Śiva Shiva
Śiva
le Seigneur
sont cinq aspects indissociables de son activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
, la dernière cependant, la grâce, est tenue pour la plus haute. Abhinavagupta Abhinavagupta
Abhinava
AG
Abh
Abhinavagupta (950-1020), maître du shivaïsme du Cachemire, aussi maître en yoga, tantra, poétique, dramaturgie.
souligne cette prééminence dès les premiers mots Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
de son commentaire de la Parātrimśikā P.T.
Parātrimśikā
, où il identifie Śiva et l’énergie suprême qui est grâce : « Le suprême Seigneur, doué d’une quintuple activité, est éternellement pénétré par l’énergie sous sa forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
la plus haute, qui est grâce. En réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
, son essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
même n’est que grâce et jamais l’énergie ne se peut concevoir begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
comme séparée de Śiva. »

Définissant cette énergie comme une conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
vivante qui est grâce envers le monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
(lokānugrahavimarsamayī), Abhinavagupta précise plus loin (p. 18), dans cette même œuvre, que c’est par la faveur de la grâce suprême du Seigneur que les sujets conscients dignes de la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
la plus haute peuvent parvenir en cette vie Leben
vie
vida
life
zoe
à la délivrance délivrance
libération
liberação
liberation
liberación
moksha
mokṣa
en s’absorbant dans l’énergie divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
. Dans le
T.Ā.
T.A.
Tantrāloka
Tantraloka
TANTRĀLOKA D’ABHINAVAGUPTA
(13. 285-287), il cite un purāna disant que « c’est de la seule faveur (prasāda) divine que procède la dévotion dévotion
devoção
devotion
devoción
adoration
adoração
adoración
bhakti
 : c’est par elle que ceux dont l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
a accédé à la Réalité atteignent la suprême réalisation », pour montrer que la grâce est indépendante du karman Geschichte
histoire
história
geschichtlich
historial
Geschichtlichkeit
historicité
historialité
Geschehen
aventure
provenir
geshehen
avoir lieu
se produire
advenir
advir
karman
comme des actions de l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
humain. « La faveur divine, ajoute-t-il, est un mode d’être (bhāva) immaculé et doué de plénitude. Par elle Śiva resplendit spontanément en toute sa plénitude [même lorsqu’il assume la forme du] soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
limité. » Plutôt que par le terme de faveur (prasāda), employé par le purāna, Abhinavagupta désigne la grâce soit par anugraha (qui étymologiquement évoque un mouvement Bewegung
mouvement
movimento
movimiento
motion
kinesis
favorable vers quelqu’un), soit plutôt par śaktipāta grâce
graça
grace
gracia
kharis
bénédiction
benção
benediction
śaktipāta
shaktipata
, chute chute
queda
decadência
caída
fall
ou descente de l’énergie, formulation plus dynamique, qui souligne la nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
inopinée, imprévisible parce qu’essentiellement libre et gratuite, de la grâce. Cette énergie tombe sur l’être humain Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
qui, bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
que transmigrant, éprouve de l’attrait pour la connaissance illuminatrice (pratibhā) et, le libérant du devenir, l’identifie à Śiva. La grâce, ainsi, peut s’entendre verstehen
entendre
comprendre
entender
compreender
comprender
understand
comme la descente sur l’être humain des énergies paisibles et propices, celles qui révèlent le Soi. (Mais, on l’a dit, les énergies de Śiva peuvent aussi être redoutables, funestes, et l’homme en est souvent le jouet.) Tout au long dragon
dragão
dragón
long
nāga
du chapitre 13 du TĀ, Abhinavagupta souligne le règne absolu Absolu
Absoluto
Absolute
Absoluteness
Bhairava
Paramaśiva
de la libre initiative de Śiva : seul le Seigneur agit. On pourrait presque aller jusqu’à dire, à cet égard, que pour lui il n’y a point d’autre éveil despertar
éveil
awake
awakening
despiertar
Bodhi
que celui de Śiva lui-même. Mais c’est précisément parce que rien n’est hors de Śiva que l’on ne doit pas concevoir la chute de l’énergie, śaktipāta, comme une grâce qui tomberait sur l’homme de l’extérieur innen
intérieur
interior
inner
außen
aussen
extérieur
exterior
outer
Innenseins
être intérieur
ser interior
interiority
antaratva
 : elle est ausssi en lui, car c’est dans les profondeurs du cœur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
qu’elle naît soudain pour s’épanouir dans une [45] conscience inséparable en essence de la Conscience divine. Pour citer encore le TĀ : « Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
, essentiellement lumineux, ayant pour nature la libre Conscience, cache en guise de jeu jeu
jogo
juego
play
lila
lîlâ
game
son propre Soi et devient être individuel sous des formes multiples. Librement, il se lie lui-même par des actes faits de pensée denken
pensar
penser
think
pensamento
pensée
pensamiento
thinking
dualisante et de constructions mentales. Mais si puissante est la liberté Freiheit
liberté
liberdade
freedom
liberdad
eleutheria
svātantrya
Atiguna
de Dieu que, comme on l’a dit, c’est également Lui qui, lié à la forme limitée [qu’il assume], touche à nouveau sa propre essence et la révèle en toute sa pureté pureté
pureza
purity
clairté
clareza
clearness
 » (13. 103-105).


Voir en ligne : LA LUMIÈRE SUR LES TANTRAS

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?