Philosophia Perennis

Accueil > Le Bouddhisme > Wei Wu Wei : l’illusion suprême (PPP I)

Wei Wu Wei : l’illusion suprême (PPP I)

jeudi 19 avril 2018

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Français

Qui pourrait-il y avoir posséder
avoir
possuir
ter
possess
posuir
pour être naît, pour être vécue, pour être tué ?
Que pourrait-il y avoir pour être fait exister Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
ou pour être fait sortir de l’existence ?
Où pourrait-il y avoir un « espace Raum
Räumlichkeit
räumlich
espace
espacialité
espaço
espacialidade
espacial
espacio
espacialidad
space
spaciality
spatial
 » dans lequel l’existence objective pourrait être étendue ?
Quand pourrait-il y avoir un « temps » pendant lequel l’existence objective pourrait avoir une durée ?

Ces notions, ainsi interrogées, appartiennent à celui qui n’a jamais profondément considéré ces hypothèses faciles et conditionnées, car toutes sont des images conceptuelles à l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
, dont la factualité supposée est aussi imaginaire que n’importe quel mirage, hallucination ou rêve sonho
rêve
dream
Morphée
songe
, et toutes sont expérimentées comme factuel et réel Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
.

Mais l’illusion Maya
maya
Mâyâ
Māyā
illusion
ilusão
ilusión
suprême n’est-ce pas celle de l’incidence de la « naissance », de la « vie Leben
vie
vida
life
zoe
 » et de la « mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
 » en tant que telle, mais celle d’une entité objective pour expérimenter ces occurrences conceptuelles.

L’illusion accessoire est celle de l’extension spatiale et temporelle sous laquelle l’illusion suprême de l’entité est rendue possible et sans laquelle aucune « entité » ne peut sembler souffrir quelque expérience expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
que ce soit.

Original

Who could there be to be born, to be lived, to be killed ?
What could there be to be brought into existence or to be taken out of existence ?
Where could there be a ’space’ in which objective existence could be extended ?
When could there be a ’time’ during which objective existence could have duration ?

These notions, so queried, belong to whoever has never profoundly considered these facile and conditioned assumptions, for all are conceptual images in mind, the supposed factuality of which is as imaginary as any mirage, hallucination, or dream, and all of which are experienced as both factual and actual.

But the supreme illusion is not that of the incidence of ’birth’, ’life’, and ’death’ as such, but that of there being Seiende
Seiendes
Seienden
l'étant
étants
ente
entes
sendo
beings
being
any objective entity to experience these conceptual occurrences.

The accessory illusion is that of spatial and temporal extension subject sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
to which the supreme illusion of entity is rendered possible and without which no ’entity’ could appear to suffer any experience whatever.


Voir en ligne : POSTHUMOUS PIECES - PREFACE