Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Abhinavagupta : l’ignorance spirituelle et intellectuelle

Abhinavagupta : l’ignorance spirituelle et intellectuelle

vendredi 20 avril 2018

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

36. La connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
et l’ignorance ignorance
ignorância
ignorancia
ajñāna
ajnana
tamas
se présentent chacune, selon l’enseignement de Śiva Shiva
Śiva
le Seigneur
, sous deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
formes distinctes : l’une spirituelle (paurusha), l’autre, intellectuelle (bauddha).

37-38. L’ignorance spirituelle est ce que l’on nomme impureté discordance
discordância
desagreement
discordancia
inharmonie
desarmonia
divisão
separação
division
séparation
división
separación
esprit-divisé
split-mind
mente-dividida
eu-separado
conflit
conflito
conflict
neikos
impureté
souillure
mala
(mala). Relevant de l’esprit esprit
espírito
spirit
mente
mind
manas
mental
, elle est le voile qui cache notre propre nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
sivaîte, laquelle est activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
et conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
en leur plénitude. [Cette ignorance] procède, en effet, d’une activité et d’une conscience contractées. Elle est propre à l’être Sein
Seyn
l’être
estre
o ser
seer
the being
be-ing
el ser
esse
sattva
sattā
asservi et ne relève pas du domaine différencié, ni de l’intellect noûs
Vermeinen
notar
intellect
intelecto
νούς
buddhi
buddhih
VIDE intelligence
, car elle n’a pas pour fonction Funktion
fonction
função
function
función
la détermination (adhyavasāya), etc.

Jayaratha cite ici les śloka 15 et 16 du Paramārthasāra [1] : « La déesse Māyā Maya
maya
Mâyâ
Māyā
illusion
ilusão
ilusión
śakti, l’Énergie d’illusion, est l’autonomie Selbständigkeit
autonomie
estar-em-si-mesmo
self-constancy
autonomia
suprême du grand Seigneur. Elle réalise des choses extrêmement difficiles. Elle est le voile qui recouvre le Soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
de Śiva. » (15)

« Dès que, sous l’emprise de l’illusion, la conscience d’éveil despertar
éveil
awake
awakening
despiertar
Bodhi
(bodha) est souillée, elle devient une âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
individuelle (pumân), un être asservi. Elle est liée par le temps Zeit
le temps
o tempo
the time
el tiempo
chronos
kala
, la détermination, la restriction et au moyen du désir désir
epithymia
epithymía
épithymétikon
épithymia
concupiscence
convoitise
et du savoir Wissen
saber
savoir
[limité]. » (16)

Selon le śloka 37 et cette dernière citation, mala, que nous traduisons, conformément à l’usage courant, par ‘impureté’ ou ‘souillure’ (et donc l’adjectif malita, par ‘impur’, ‘souillé’), ne correspond pas, dans les traditions sivaîtes, à ce que nous entendons ordinairement par ces mots Wort
mot
palavra
palabra
word
Worte
rema
parole
mot
mots
vāk
vāc
. Le mala n’est pas une impureté résultant d’un acte acte
puissance
energeia
dynamis
ou d’un contact impur : c’est une impureté liée à la condition naturelle même de l’être humain Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
vivant en ce monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
, lequel est décrit comme un anu, un ‘atome’ spirituel, c’est-à-dire une entité délimitée, coupée par sa nature même de la totalité Ganze
Ganzheit
Ganzsein
Ganzseinkönnen 
le tout
totalité
être-tout
pouvoir-être-tout
intégralité
entièreté
o todo
totalidade
ser-todo
ser-um-todo
nikhila
totality
divine divin
divinité
divino
divindade
divindad
divine
divinity
Godhead
. Les textes nomment d’ailleurs ‘ânavamala’ ou ‘sahajamala’, cette impureté essentielle, constitutionnelle ou naturelle.

L’être soumis au mala, soit tout être humain, n’est impur qu’en tant que sa nature limitée le coupe de la pureté pureté
pureza
purity
clairté
clareza
clearness
divine, de la suprême Conscience. C’est pourquoi Abhinavagupta Abhinavagupta
Abhinava
AG
Abh
Abhinavagupta (950-1020), maître du shivaïsme du Cachemire, aussi maître en yoga, tantra, poétique, dramaturgie.
nomme mala l’ignorance spirituelle propre à l’être incarné.

39-40. « Cela, je le connais ainsi » : quand apparaît une telle notion déterminée, causée par le reflet reflet
reflexo
reflex
[de la lumière Licht
lumière
luz
light
phos
prakāśa
prakasha
] dans l’individu Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
entravé par les six ‘cuirasses’, on dit qu’une telle connaissance est ‘ignorance [intellectuelle]’. Ignorance spirituelle et ignorance intellectuelle se renforcent mutuellement.

Quand la connaissance ne porte porte
porta
puerta
gate
door
pas sur cela seul qui doit être connu, Śiva ou le Soi universel, elle est limitée. Située au niveau de buddhi, l’intellect, elle n’est qu’intellectuelle, imparfaite car entravée par les cinq cuirasses (kañcuka) enserrant le soi limité : kāla, le temps, niyati, la restriction ou nécessité Notwendigkeit
nécessité
necessidade
necesidad
necessity
besoin
need
ananke
, [87] rāga Leidenschaft
passion
paixão
pathos
passión
rāga
rajas
, l’attachement avarice
philargyria
avareza
avarícia
apego
attachment
attachement
, vidya, le savoir limité et kalâ, la limitation Endlichkeit
finitude
finitude
finitud
finite
limit
limite
limitação
limitación
limitation
, à quoi s’ajoute māyā, ce qui fait six.

41. Quand s’épuisent les tendances inconscientes (samskāra) de l’être asservi et qu’il obtient l’état suprême, la connaissance spirituelle (vijñānampauruşam) qui s’épanouit alors est une connaissance sans différenciation, [apte à effacer alternative et dualité]. (p. 86-87)


Voir en ligne : LA LUMIÈRE SUR LES TANTRAS


[1Cf. Le Paramārthasāra d’Abhinavagupta, traduction et introduction par Lilian Silburn, p. 68 (Paris, de Boccard, 1957, réimpr. 1986).