Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Padoux : khecarī - la condition de Śiva

Padoux : khecarī - la condition de Śiva

lundi 23 avril 2018

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

khecarī : « celle qui se meut dans l’espace Raum
Räumlichkeit
räumlich
espace
espacialité
espaço
espacialidade
espacial
espacio
espacialidad
space
spaciality
spatial
du cœur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
 » (kha), appelée aussi cidgaganacarī : « celle qui se meut dans le ciel ciel
cieux
céu
céus
heaven
heavens
cielo
cielos
ouranos
Khien
Thien
de la Conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
. »

Le Trika répartit parfois les énergies de Śiva Shiva
Śiva
le Seigneur
en quatre quatre
quaternité
quaternidade
cuatro
cuaternidad
four
quaternity
fourfoldness
cercles, ou roues (cakra), dont celui de khecarî est le plus élevé. Il correspond à l’activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
universelle de l’Énergie suprême, qui a pour essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
la Conscience suprême. « khecarī, disent les Śiva Sūtra, II, 5, est la condition de Śiva. Elle se trouve dans l’éveil despertar
éveil
awake
awakening
despiertar
Bodhi
spontané de la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jnāna
jnana
 », vidyāsamutthāne [71] svābhāvike khecavī śivāvasthā. C’est, explique Kșemarāja dans la Vimarśinī (Ś.S.v. Ś.S.v.
Śivasūtravimarśinī
Śivasūtravimarśinī de Kșemarāja
, II, 5, pp. 57-59), une condition associée à celle de Śiva, le maître guru
enseignant
professeur
maître
mestre
professor
de la Conscience, qui apparaît comme jaillissement, fulguration de sa propre béatitude joie
alegria
alegría
happiness
satisfaction
satisfação
satisfacción
contentement
contentamento
contentamiento
euthymia
ananda
ānanda
béatitude
et que le yogin atteint, lorsque, délaissant tout désir désir
epithymia
epithymía
épithymétikon
épithymia
concupiscence
convoitise
de pouvoirs surnaturels (siddhi), il s’unit à la seule volonté voluntas
volonté
vontade
voluntad
volition
the will
icchā
de Śiva. C’est, selon le Tantrasadbhāva, une condition suprême qui s’atteint par la voie Tao
Dao
la Voie
The Way
de kula, et nullement le résultat de certaines postures yogiques. C’est en effet un état où toute dualité dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
disparaît, où l’adepte atteint au spanda Réverbération
réverbération
reverberação
reverberation
reverbaración
vibration
vibração
vibración
echo
eco
tremor
Spanda
, c’est-à-dire où il se fond avec la puissance acte
puissance
energeia
dynamis
efficace des mantra (mantra-vīrya) qui est l’énergie même prise en sa source, Śakti indissolublement liée à Śiva (cf. Recherches, ch. VII, pp. 310 sq.). Cette condition est ici désignée comme : khecarīsamatā, l’identité Identität
identité
identidade
identity
identidad
pratyabhijnā
reconnaissance
reconhecimento
avec khecarī.

Les textes de Hathayoga mentionnent aussi une khecarī mudrā, qui est une posture corporelle particulière tendant à immobiliser le souffle pneuma
πνεῦμα
souffle
sopro
breath
prāna
prāṇa
prana
Vayu
respiratoire (cf. Gheranda Samhitā, III, 25 sq.). On trouve cette mudrā mentionnée dans certains textes sivaïtes (par exemple le NetraTantra, VII, 32) et c’est à cela que fait allusion Kșemarāja dans le passage résumé ci-dessus de la Ś.S.v. Pour le Trika, toutefois, — et cela ne lui est pas propre, c’est une conception begreifen 
concevoir
conceber
Begriff
conceito
concept
conception
concepção
concepción
tantrique — la mudrā, plus qu’une posture, est un état de conscience auquel parvient le yogin et en même temps un niveau de la Conscience universelle auquel cet état correspond. Les mudrā sont pour lui, autant et plus que des postures, des énergies divinisées (cf. P.T. P.T.
Parātrimśikā
śl. 13) — ou, mieux encore : elles sont tout cela à la fois, microcosme et macrocosme formant un tout indissoluble.


Voir en ligne : LA PARĀTRĪŚIKĀLAGHUVṚTTI DE ABHINAVAGUPTA