Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Isabelle Ratié : que suis-je selon Utpaladeva ?

Isabelle Ratié : que suis-je selon Utpaladeva ?

lundi 23 avril 2018

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Selon Utpaladeva Utpaladeva
Utp
Utpala
Utpaladeva (« Seigneur du Lotus Bleu ») ou Utpalācārya (Xe siècle), philosophe shivaïte (śaivasiddhānta) du Cachemire, élève de Somānanda et maître de Abhinavagupta.
et Abhinavagupta Abhinavagupta
Abhinava
AG
Abh
Abhinavagupta (950-1020), maître du shivaïsme du Cachemire, aussi maître en yoga, tantra, poétique, dramaturgie.
, le fait même de la reconnaissance Identität
identité
identidade
identity
identidad
pratyabhijnā
pratyabhijñā
reconnaissance
reconhecimento
de soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
tel que nous en faisons ordinairement l’expérience expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
implique un paradoxe lourd de conséquences à la fois épistémologiques et sotériologiques. Je sais que je suis moi-même — faute Schuld
dette
faute
dívida
deuda
guilt
debt
culpabilité
de quoi je ne me reconnaîtrais pas ; mais je ne sais pas qui je suis — faute de quoi je n’aurais pas à me reconnaître. J’ai conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
conscient
purusârtha
samvid
bodha
cit
chit
de mon identité , et c’est cette conscience qui sourd dans toute reconnaissance de soi, mais l’essence essence
ousía
ousia
essência
essentia
esencia
essence
qui rend possible ma permanence en tant que sujet sujet
objet
sujeito
objeto
subject
object
Subjekt
Objekt
m’échappe. Et c’est parce que, tout en sachant que je demeure le même, j’ignore ce qui fonde réellement cette identité, que je suis un être souffrant, asservi, aliéné au sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
propre du terme : c’est dans la mesure où je demeure étranger à moi-même que je suis privé d’une liberté Freiheit
liberté
liberdade
freedom
liberdad
eleutheria
svātantrya
Atiguna
que seule peut me restituer la réalisation complète de ma véritable nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
. Les philosophes de la Pratyabhijnā opposent ainsi à la reconnaissance de soi ordinaire, présentée à la fois comme l’indice de ma véritable identité et comme le symptôme d’une fondamentale méconnaissance de soi, une [5] Reconnaissance d’un ordre supérieur parce qu’elle implique la prise de conscience parāmarśa
acte de conscience
prise de conscience
tomada de consciência
vimarśa
prise de conscience active
complète et définitive de ce que je suis.

Mais que suis-je donc, selon Utpaladeva ? De ce point de vue Sicht
vue
visão
seeing
visión
opsis
, le penseur cachemirien n’innove guère : le cœur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
hŗdaya
de sa doctrine doctrine
doutrina
canon
cânone
, comme l’indique le titre de ses vers (les Īśvarapratyabhijnākārikā, les « Stances sur la Reconnaissance du Seigneur »), c’est l’idée idea
idée
ideia
idea
ιδεα
idéa
selon laquelle la liberté consiste à se reconnaître dans le « Seigneur » (Īśvara) — autrement dit, à saisir l’identité entre le sujet empirique que j’ai cru être jusqu’à présent et le Seigneur Shiva
Śiva
le Seigneur
Śiva, c’est-à-dire la conscience universelle douée de pouvoirs (śakti) infinis que décrivent certains textes sivaïtes.

Car Utpaladeva comme Abhinavagupta déclarent ouvertement appartenir à une forme forme
eidos
eîdos
aspecto
perfil
aspect
de sivaïsme non dualiste [1] ; et l’intuition intuition
intuitio
intuitus
intuição
intuición
fondamentale à partir de laquelle s’ordonne l’ensemble de leur système est pour une grande part déjà formulée dans les textes considérés comme révélés par ce courant religieux. Selon ces Écritures (āgama), en réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
, [6] je ne suis aucun des éléments dans lesquels j’ai d’ordinaire tendance tendance
tendência
tendency
qualité
qualidade
calidad
quality
attribut
atributo
atribute
guna
gunas
à me reconnaître : je ne suis ni mon corps Körper
corpo
corps
cuerpo
body
Deha
, ni les différents états de la conscience empirique associée à ce corps et par là-même rivée à une série de points déterminés du temps et de l’espace Raum
Räumlichkeit
räumlich
espace
espacialité
espaço
espacialidade
espacial
espacio
espacialidad
space
spaciality
spatial
— en réalité, je suis une conscience éternelle hors de laquelle rien n’existe. C’est cette conscience absolue qui, en fait, sait et agit en moi comme dans tous les autres sujets dont j’ai conscience — elle le sait, car elle est absolue ; et pourtant, en vertu arete
excellence
vertu
vertue
virtude
virtue
virtud
de la mystérieuse capacité de cette conscience à se rendre partiellement opaque à elle-même, elle parvient paradoxalement à oublier dans une certaine mesure qu’elle est l’unique sujet connaissant et agissant. Selon les āgama śivaītes non dualistes, c’est parce que je suis ordinairement aliéné, rendu étranger à moi-même par cette faculté de la conscience absolue à se duper, que je suis sujet à la souffrance douleur
dor
dolor
pain
lype
souffrance
sofrimento
sofrimiento
suffering
et à la mort Tod
mort
morte
muerte
death
thanatos
mourir
morrer
die
morir
 ; mais la conscience absolue est une éternelle béatitude joie
alegria
alegría
happiness
satisfaction
satisfação
satisfacción
contentement
contentamento
contentamiento
euthymia
ananda
ānanda
béatitude
à laquelle je peux accéder à condition de réaliser qui je suis.


Voir en ligne : IDENTITÉ, DIFFÉRENCE ET ALTÉRITÉ DANS LA PHILOSOPHIE DE LA PRATYABHIJNĀ


[1Comme A. Sanderson l’a fait remarquer, l’expression « sivaïsme du Cachemire » (« Kashmir Śaivism ») est inadéquate et trompeuse lorsqu’elle est employée pour désigner le courant sivaïte non dualiste, car à l’époque d’Abhinavagupta, le courant sivaïte dualiste du Śaiva Siddhānta, qui s’est par la suite développé dans le sud de l’Inde, constituait un élément essentiel du sivaïsme cachemirien (voir Sanderson 1985, p. 203 et Sanderson 2007, p. 432, n. 672).

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?