Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Bhagavad Gita : la notion d’ahamkara

Bhagavad Gita : la notion d’ahamkara

dimanche 29 avril 2018

honnêteté
honestidade
honesty
honneur
honra
honradez
honor
honour
retitude
retidão

Mentionnons tout d’abord l’acception courante, « populaire », d’« orgueil orgueil
hyperephanía
 » ou d’« égoïsme ». La Bhagavad-Gïlâ prend souvent le terme en ce sens signification
significação
sentido
sens
meaning
raison d'être
et Śaṅkara ne cherche en aucune manière à y lire, dans ce genre de contexte, une signification plus abstraite, plus « philosophique ». En II 71, par exemple, il se contente, pour expliquer l’expression nirahaṃkārah, d’utiliser une expression de la Gītā elle-même (en XVI 17) : ātṃasabhāvanārahitah [111] « non infatué de lui-même » [1]. Pareillement, en XVIII 58, il identifie l’ahaṃkāra Ich-sagen 
dire-Je
Ich
"je"
"moi"
"eu"
mim-mesmo
"I"
faire je
faire-je
Ahamkara
Ahamkāra
Ahamkâra
ahaṃkāra
à la conviction : « je suis un savant » [2]. Et tout cela n’est pas simple simplicité
simplicidade
spimplicidad
simplicity
simple
simples
adaptation, plus ou moins condescendante, au langage Sprache
língua
langue
lengua
linguagem
language
langage
lenguaje
préphilosophique de la Gītā. Au contraire, chaque fois que le contexte l’exige, Śaṅkara prend soin de souligner l’opposition Gegenstand
Gegen-stand
obiectum
opostos
oposicionalidade
opposition
opposites
des deux dualité
dyade
duality
dualidad
dualidade
dois
two
deux
registres de signification, ainsi en XVIII 24, là où Kṛṣṇa Krishna
Kṛṣṇa
Krichna
Yadav
Divinité centrale de l’hindouisme, la divinité suprême à l’origine de toutes les autres ; le huitième avatar (incarnation) de Vishnou.
proclame : « l’acte acte
puissance
energeia
dynamis
accompli au prix de beaucoup d’efforts par un agent avide de plaisir plaisir
prazer
pleasure
hedone
kama
kāma
kâma
amour du plaisir
philedonía
, ou pourvu d’ahaṃkāra, on l’appelle râjasique », il commente en ces termes : « ... Quand on parle ici de l’ahaṃkāra possédé (par l’agent râjasique) on ne fait pas référence à cet ego ego
egoísmo
egoism
egoisme
le moi
le mien
« Je »
(que détruit) la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
conhecimento
jñāna
jnāna
jnana
de la Réalité Bestand
Grundbestand
Realität 
réalité
realité fondamentale
réalité subsistante
real
réel
realidad
realidade
reality
, mais à l’égoïsme, au sens mondain, dont sont dépourvues les personnes versées dans le Veda Véda
Veda
Vedas
. Celui qui, au sens absolu Absolu
Absoluto
Absolute
Absoluteness
Bhairava
Paramaśiva
, est dépourvu d’ego, c’est le connaisseur de l’ātman âme
psyche
psukhê
alma
soul
atman
ātman
atmâ
âtmâ
, et celui-là ne saurait être un agent multipliant les efforts par goût du plaisir. L’auteur d’un acte, même de caractère sattvique, s’il ne connaît pas l’ātman, est (au sens absolu) pourvu d’ego, a fortiori les auteurs d’actes râjasiques et tâmasiques. C’est dans le monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
Olam hazé
dṛśyam
qu’une personne Einzelnhet
singularité
singularidade
singularity
singularidad
individuality
individualidade
individualidad
individuation
individuação
individu
indivíduo
individuum
individual
vereinzelt
isolé
Vereinzeltung
isolement
Vereinzelung
esseulement
singularização
créature
criatura
creature
personne
pessoa
person
versée dans le Veda, mais ignorante de l’ātman, passe pour privée d’ego. On dit : « ce brahmane est nirahaṃkārah » (au sens de « désintéressé ») [3]. Śaṅkara distingue donc bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
trois trinité
trois
triade
ternaire
trindade
três
tríade
ternário
trinity
three
triad
Trimûrti
Trimurti
niveaux hiérarchisés d’expérience expérience
aisthesis
experiência
sensação
impressão
impression
impresión
sensación
sensation
sentience
vāsanā
. D’abord celui du « connaisseur de l’ātman » qui, délivré de l’ego, absolument parlant, et donc a fortiori de tout égoïsme ou égocentrisme empirique, n’est plus l’auteur d’aucun acte, même de caractère « sattvique ». Ensuite celui de l’agent « sattvique » qui, tout en étant désintéressé sur [112] le plan moral, se considère encore implicitement comme un ego, parce qu’il n’a pas réalisé l’ātman. Enfin, celui de l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
état humain
estado humano
human state
ordinaire, « râjasique » ou « tâmasique », qui est pourvu d’ahaṃkāra dans les deux sens du terme.


Voir en ligne : LE PRINCIPE DE L’EGO DANS LA PENSÉE INDIENNE CLASSIQUE


[1BGBh. II 71, p. 40.

[2BGBh. XVIII 58, p. 286.

[3BGBh. XVIII 24, p. 268 (...) Cf. Upadeśasāhasrī (prose) où l’absence d’ahaṃkāra est citée parmi les qualités morales du guru idéal, USG 6, éd. cit., p. 11.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?