Philosophia perennis

Accueil > Mots-clés > Traditions > Dieu

Dieu

Wikipédia

Le mot dêva, comme ses analogues theos, deus, peut être employé au singulier pour « Dieu » ou au pluriel pour « dieux », souvent pour « Anges » ou « Demi-dieux », de même que nous disons « Esprit » en entendant le Saint-Esprit, alors que nous parlons également d’« esprits » et notamment d’« esprits malins ». Les « Dieux » de Proclus sont les « Anges » de Denys. Ceux qu’on peut appeler les « grands Dieux » sont les Personnes de la Trinité, Agni, Indra-Vâyu, Âditya, ou Brahmâ, Shiva, Vishnu, que l’on ne doit distinguer, et encore pas toujours nettement, que par rapport à leurs fonctions et leurs sphères d’opération. Les mixtæ personæ des entités duelles Mitrâvarunau et Agnêndrau sont la forme du Sacerdoce et de la Royauté in divinis ; leurs sujets, les « dieux multiples », sont les Maruts ou les Vents. Leurs équivalents en nous sont respectivement le Souffle immanent et central, désigné souvent comme Vâmadéva, souvent comme l’Homme Intérieur ou le Soi immortel, et les Souffles, ses dérivés et « sujets », autrement dit les facultés de voir, d’entendre, de penser, etc., dont notre « âme » élémentaire est un composé homogène, de même que notre corps est composé de parties fonctionnellement distinctes, mais agissant à l’unisson. Les Maruts et les Souffles peuvent agir par obéissance au principe qui les gouverne, ou se rebeller contre lui. Tout ceci est bien entendu un énoncé très simplifié. Cf. n. 35, p. 50. (Coomaraswamy, Hindouisme et Bouddhisme)

Fatal error: Allowed memory size of 536870912 bytes exhausted (tried to allocate 71 bytes) in /var/www/vhosts/sophia.free-h.net/httpdocs/plugins-dist/svp/inc/svp_depoter_distant.php on line 403